A.N.F MUREAUX 115

 

Histoire




En 1928, les services techniques lancent un programme pour la réalisation d'un appareil de reconnaissance biplace capable d'emporter 2500kgs de charge à 900 kms à la vitesse maximale de 240km/h. La société ANF Mureaux propose le Mureaux 110, monoplan à aile parasol de construction entièrement métallique. Sept prototype sont retenus, dont le Mureaux 110. Celui-ci fait son premier vol en Avril 1931 et remporta finalement le concours. Dix appareils sont donc commandés en 1932. Ces 10 appareils sont fabriqués sous plusieurs variantes, dont une version ANF 112-02 motorisée par un Hispano-Suiza 12Y à compresseur qui préfigure le futur ANF Mureaux 113. Celui-ci se différenciait par l'adoption d'une hélice biplale en bois en lieu et place de l'hélice tripale métallique. Il fit son premier vol le 15 Mars 1933. 49 Exemplaires sont commandés.

Le Mureaux 115 R2 est motorisé par un Hispano-Suiza 12Ycrs de 860cv avec un radiateur en position frontale, ce qui changeait sa silhouette et améliorait son refroidissement au bénéfice de ses performances. Il fit son premier vol le 6 Mars 1935. 122 appareils seront fabriqués.

Le Mureaux 117R2 très proche du Mureaux 113 disposait d'une autonomie de 1500kms au lieu de 900kms grace à des réservoirs plus grands et voyait sa mature renforcée. Le premier exemplaire est livré en unité en juin 1934 et 119 appareils seront produits.

Les premiers Mureaux arrivent en unité à partir de juillet 1934 (Mureaux 115), janvier 1935 (Mureaux 113) et Mars 1935 (Mureaux 117) remplaçant ainsi les modèles dépassés tels que les Potez 25 et Breguet 19. Ces derniers, utilisés en Chasseurs de Nuit, furent remplacés par 40 Mureaux 113 transformés en chasseurs de nuit (CN2) avec notamment ue tourelle arrière réhaussée. En avril 1935, un avenant à la commande initiale ajoute 60 Mureaux 117. Ceux-ci, équipés de lance-bombes sous les ailes deviennent "R2B2" pouvant emporter 400kgs de bombes.

Au déclenchement du conflit, environ 221 Mureaux (28 Mureaux 113, 100 Mureaux 115 et 93 Mureaux 117) étaient répartis dans les GAO (Groupe aérien d'Observation) ou écoles. C'est d'ailleurs un Mureaux 115 du GAO 553 qui fut le premier appareil Français abattu le 8 septembre 1939. Devant la vulnérabilité de ce type d'appareil, leur utilisation en mission fut rapidement limitée en attendant l'arrivée de bimoteurs plus modernes tels que les Potez 63-11. Mais les retards dans les livraisons de ces nouveaux appareils obligèrent les unités de reconnaissance à maintenir en service quelques Mureaux. Plus de 170 appareils disparurent dans la tourmente et à l'Armistice, on ne dénombrait plus que 58 appareils recensés sur différents terrains : 5 Mureaux 113, 36 Mureaux 115 et 12 Mureaux 117. Ils seront tous ferraillés.






Le MUREAUX 115:

Biplace de reconnaissance et de bombardement léger dérivé du Mureaux 113 dont le prototype effectua son premier vol le 6 mars 1935. Ce appareil équipé d'un moteur Hispano-Suiza 12Ycrs comportant un canon HS-9 de 20 mm dans le moyeu de l’hélice, fut retenu par l’armée de l'air française pour équiper les unités tactiques de reconnaissance et d’observation et 119 Mureaux 115 R2B2 furent livrés aux escadrilles.


Source :
https://www.passionair1940.fr

100 1130

100 1134

100 1138

100 1139

100 1135

100 1137

100 1133

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site